Advertisement

Main Ad

Dans le silence de ton coeur, Alice Ranucci




Sortie française: 10 Mars 2016

Un lendemain de cuite... On se sent idiot, on se sent vidé.
On espère perdre à nouveau connaissance pour arrêter d'être aussi mal, tandis qu'un mot
nous résonne dans la tête : pourquoi ? Pour quelle raison, la veille au soir, avais-je bu autant, au point
de me mettre dans cet état ? Pour quelle raison m'étais-je ridiculisée devant tout le monde ? Je n'arrivais même plus à me rappeler ce qui avait bien pu sortir de ma bouche. Qu'avais-je dis ? Quoi, mais quoi ?

Claudia a seize ans. Issue d'une famille bourgeoise privilégiée, elle n'a jamais eu à manquer de rien. Mais, de petite fille sage et introvertie, elle s'est transformée en une jolie adolescente sûre de soi, arrogante, pleine de mépris envers le monde, constamment en butte à l'autorité parentale. Sa mère, désespérée de la voir sécher les cours et si pleine de hargne et de rancœur, l'envoie faire du bénévolat dans un centre d'accueil pour jeunes immigrés. En vain. Quand Claudia rentre un soir, après avoir déserté un certain temps la maison familiale, elle s'attend à une scène, mais personne n'est là. Son père ne revient qu'au milieu de la nuit, en larmes : sa mère a trouvé la mort dans un accident de voiture. Petit à petit, coincée entre son père qui noie son chagrin dans l'alcool et semble ne plus la voir, son propre deuil impossible, et son sentiment de culpabilité, Claudia va prendre conscience de ses erreurs. Cette redécouverte de soi est lente et douloureuse, mais va lui permettre de faire la paix avec elle-même et son passé.

Je savais en ouvrant ce livre que j'allais ressentir toute une ribambelle d'émotions. Le résumé nous l'annonçait, on le sentait venir mais je ne me doutais pas que ce serait aussi fort, aussi percutant. Claudia est une jeune italienne de seize ans, elle est fille unique, a une vie ordinaire et confortable mais l'adolescence est souvent synonyme de phase de transition et de la jeune fille modèle et sage, elle devient vite l'adolescente rebelle qui sort jusqu'à tard, boit, fume et fait la fête jusqu'au bout de la nuit. Bien évidemment, les parents de la jeune fille s'inquiètent, surtout sa mère qui décide de prendre les choses en mains, de la faire réagir, de bousculer son adolescente pour qu'elle se reprenne en mains et prenne conscience qu'elle n'agit pas de la bonne façon. Elle oblige Claudia a être bénévole dans un centre pour jeunes immigrés et cela ne plait pas à la lycéenne. 
Elle se referme, devient détestable et enfreint les règles dictées par sa mère. Elle fait le mur pour aller faire la fête et alors qu'elle rentre en catimini chez elle au milieu de la nuit, l'inévitable est arrivé, sa mère est décédée dans un accident de voiture. C'est vraiment à ce moment que l'histoire bascule, que Claudia se brise. Elle culpabilise, elle porte en elle une douleur si immense, si intense qu'on souffre avec elle en tournant les pages. Elle est seule, plus perdue que jamais, repense en boucle les derniers instants passés avec sa mère, là où elle lui a dit les pires mots qu'elle ne pensait pourtant pas. Elle est désemparée, personne ne peut comprendre ce qu'elle traverse, pas même son propre père qui malheureux comme jamais préfère la compagnie de la bouteille. 
Alors, elle retourne au centre d'accueil pour les jeunes immigrés, elle se sent étrangement apaisée quand elle y est, elle se sent utile, et se plait à partager le quotidien de ces jeunes même si c'est pendant quelques heures à peine, cela lui donne l'impression d'être plus proche de sa mère, et de lui rendre hommage d'une certaine manière en lui montrant qu'elle peut changer. Et Claudia évolue, grandit avec la perte qu'elle porte en elle. Elle voit le monde d'une manière nouvelle, différente, plus saine. 
L'adolescence est l'une des périodes les plus importantes dans le développement d'un individu, c'est là qu'il trouve ses repères, et se construit. Pour Claudia, c'est d'autant plus difficile car elle ne sait plus qui elle est, et on appréhende en lisant son histoire de voir si elle va ou non réussir à faire son deuil et à justement, se reconstruire. J'ai beaucoup aimé les passages passés au centre. D'autant plus que le centre mentionné dans l'histoire existe vraiment et l'auteure qui a tout juste dix-sept ans si je ne fais pas erreur, y est bénévole. Dans le silence de ton coeur est une lecture bouleversante et touchante et je remercie les éditions Hachette pour cet envoi !

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires