Jacco Gardner, génie psychédélique




Jacco Gardner
2 Février - Toulouse


Je fais des listes. Des tonnes de listes. J'ai cette fâcheuse manie depuis petite, je les accumule et parfois, j'en reprends certaines pour raturer ce qui a été fait. Aujourd'hui, je vais vous parler de cette fameuse liste, celle que j'ai commencé il y a plusieurs années et que je conserve précieusement dans un livre. Cette liste, c'est celle des groupes et artistes que je veux voir. Il y en a pas autant que ça, une petite dizaine et Jacco Gardner fait partie de cette liste. J'ai noté son nom il y a tellement longtemps que je commençais à perdre espoir. Je l'ai pourtant rencontré en 2013, avec mon meilleur ami alors qu'il allait donner un concert à Toulouse.  Nous l'avions attendu l'après-midi, avant qu'il n'arrive devant le bar où il devait jouer et nous avions parlé avec lui quelques minutes. Mais je n'avais pas pu aller à son concert le soir à cause des examens. L'année dernière, j'avais acheté ma place pour aller le voir à Bordeaux mais suite à une succession de mésaventures, j'ai manqué le concert. Alors quand en Décembre, j'ai appris qu'il passait à Toulouse, dans ma ville, j'étais hystérique. J'ai sauté partout, et j'ai foncé acheter ma place. Direct. Et j'ai compté les jours jusqu'au concert.

When we are to meet again
This feeling's just the same
Psychédélisme. C'est inconditionnellement mon style de musique fétiche, le rock psychédélique. Existe t-il des sons plus délicieux que les mélodies envoûtantes qu'il apporte avec lui? Je passe un temps fou à écouter, à fouiller dans les disquaires et sur internet de nouveaux groupes qui font ce genre de musique. Evidemment, je pioche toujours dans les années 60-70 pour dénicher de nouveaux sons mais en 2010, je suis tombée sur The Skywalkers, un groupe extrêmement génial dont je tombe littéralement amoureuse. Mais j'ignore tout de ce dernier jusqu'au fait que Jacco Gardner, encore inconnu en est le fondateur et l'un de deux membres du duo qu'il forme avec Hugo van de Poe. Je ne l'ai su que bien des années après. Ils ont sorti un vinyle, un unique vinyle, Year One - un chef d'oeuvre que je ne peux que vous conseiller d'écouter, il est disponible en ligne, le vinyle produit à 200 exemplaires est quasiment introuvable. En 2013, Yohann, mon meilleur ami m'a envoyé un lien d'une vidéo. Un clip. Une révélation me disait-il. Il était persuadé que j'allais adorer. Ce clip, c'était celui de Clear The Air. Le morceau de Jacco Gardner. Et comme toujours, il ne se trompait pas, j'ai adoré. J'en suis devenue dingue. J'étais accro.

When there's nothing
You won't know that it's too late
 Pour poursuivre dans votre lecture, je vous invite à déposer le vinyle de Cabinet of Curiosities ou Hypnophobia sur votre platine. Mardi 2 Février. Le concert commençait à 20h30. Je suis arrivée à 14h pour voir, espérant croiser Jacco. Je suis restée devant pendant une heure mais c'était désert, et vu qu'il faisait sacrément froid, je suis rentrée chez moi et je suis revenue vers 17h. A 20h, les portes ont été ouvertes. J'étais la première. Ce qui signifie que j'ai eu la chance de pouvoir être devant la scène. Le concert a débuté à l'heure prévue. Il n'y avait pas de première partie et pour patienter, une playlist psychédélique se dégageait des enceintes. De bons morceaux, extrêmement bien choisis. Pendant que nous discutions ici et là, que d'autres attendaient près du bar, Jacco est arrivé en toute discrétion et à accorder sa guitare. J'étais sincèrement émerveillée de le voir, là devant moi, à moins d'un mètre, d'une telle simplicité, venant accorder lui même sa guitare avant le concert. Personne n'a pris conscience de sa présence, à mon exception et celle d'Aurélien, un grand fan de Jacco présent au concert. Il est repartit et nous avons écouter la musique en l'attendant. Puis les lumières se sont éteintes pour laisser place à des couleurs psychédéliques. Et Jacco accompagné de ses musiciens est arrivé sur scène. Le concert pouvait commencer.

 Hypnophobia  Clear The Air  Summer's Game  Notus  Face to Face • A House on the Moon 
 Brightly Another You  Puppets Dangling  Outside Forever  Before the Dawn  Chameleon 
Si je veux être parfaitement honnête, j'ai beaucoup de mal à trouver les mots justes, les bons mots pour parler de ce concert. Il était tellement spécial, tellement unique que je ne pourrais jamais à mon grand regret, le retranscrire à l'écrit. Mais je vais quand même tenter de vous en donner un aperçu. Jacco s'avance, pose ses doigts sur son clavier, prends sa guitare et les premières notes du morceau Hypnophobia retentissent. Je prends conscience à mesure que les minutes défilent que se tient devant moi un artiste, un véritable génie. Je le savais déjà mais j'en ai la confirmation. En toute simplicité, il produit ses morceaux, sans artifices. Il ne nous offre peut-être pas un show mais il nous offre tellement plus... Beaucoup plus. Les mélodies s'enchaînent, sublimes, le public est captivé, se laisse entraîner. Je suis subjuguée. Je suis transportée dans une autre époque. Je ferme les yeux, la musique m'emporte.
 
Je n'ai pas vu le temps qui s'est écoulé. Ce fut un pur délice auditif. Ce concert restera à jamais gravé dans ma mémoire. Il n'y a pas eu de pogos, ni de gens qui hurlaient, personne n'a poussé personne pour être tout devant, ni criait les paroles. C'était différent de tous mes précédents concerts, plus vivant, plus simple mais tellement plus...réel. D'une authenticité rare. Un rêve éveillé. C'est exactement comme ça que je décrirai ce concert, entre réalité et rêve. Une heure de plaisir. Après le concert, le public a quitté la salle, certains sont restés pour boire, et nous avons attendu Jacco. J'ai été surprise de voir qu'il était celui qui vendait le merchandise en personne - t-shirts, cds, sacs. Il a dédicacé mes trois vinyles. Year One de The Skywalkers qu'il a été choqué de voir entre mes mains et ses deux albums en solo. J'ai également pu prendre deux photos avec lui et surtout, de discuter avec lui pendant plusieurs minutes. On lui a posé des questions sur tout et rien. Je lui ai demandé si malgré comment il vivait la comparaison constante avec Syd Barrett que font les journalistes, bien qu'un compliment, ça devait être fatigant voir agaçant d'être toujours appelé l'hériter de Syd. Il m'a dit qu'il adore Syd, et que c'est un véritable compliment seulement ils sont différents tous les deux, il a expliqué que c'est réducteur, que ce serait comme comparer chaque groupe faisant de la musique des 60's aux Beatles. Il a raison. Ces dernières minutes que nous avons pu partager avec lui à parler musique nous a permis de conclure ce concert sur une note parfaite. Comme ce concert.

• Mon vinyle de The Skywalkers dédicacé, mes deux photos polaroid
dont une avec Jacco, un badge Hypnophobia et place de concert. 

• Mes vinyles de Cabinet of Curiosities et Hypnophobia dédicacés 

• Ma première photo avec Jacco en 2013 à gauche et celle de 2016 à droite 




Enregistrer un commentaire

0 Commentaires