Advertisement

Main Ad

L'été des secondes chances, Morgan Matson



"En fixant l'eau, je me suis rendu compte que je n'avais nulle part où aller, 
plus aucun endroit où fuir. Je n'avais plus qu'à rester ici et à affronter la terrible vérité. 
J'ai mesuré, alors que d'autres larmes coulaient, combien j'étais fatiguée 
d'esquiver,fatiguée de ne pas en parler tout court, fatiguée de prétendre 
que tout allait bien quand ça n'avait jamais été aussi mal.."
Taylor a une manière bien à elle de traiter ses problèmes personnels : elle les fuit. Mais lorsque son père, atteint d’un cancer, décide de passer son dernier été en famille dans leur maison de vacances, la jeune fille ne peut se dérober. C’est là, cinq ans plus tôt, qu’elle avait laissé sa meilleure amie, Lucy, et son premier amour, Henry, avec la ferme intention de ne plus jamais les revoir. Les souvenirs resurgissent et, cet été, elle va devoir les affronter.

Il y a des livres comme ça qui marquent, qui touchent le lecteur au plus profond de son âme et qui raisonnent en vous d'une manière si forte que vous savez après avoir refermé votre livre que vous ne pourrez jamais l'oublier. C'est exactement pour ce genre de sensations que je lis, c'est ce sentiment même qui me donne envie de lire un tas de romans pour tomber sur LE roman qui fera ressentir ces émotions. L'été des secondes chances fait maintenant parti de ces romans là. Cette lecture dépasse le coup de cœur. C'est beaucoup plus que ça.
Taylor Edwards a dix-sept ans et depuis quelques semaines, sa vie a complètement basculé. En effet, son père est atteint d'un cancer incurable et les jours lui sont comptés. Il est difficile pour Taylor tout comme pour le reste de sa famille de faire face à cette situation surtout pour notre héroïne qui a pris une habitude depuis des années déjà: à chaque fois qu'elle rencontre des difficultés, à chaque fois qu'un problème s'impose à elle, elle fuit. Elle prend le large. Mais aujourd'hui, il n'est plus question de fuir. Son père émet un vœu, un souhait: il désire passer un dernier été en famille, avec son épouse et ses trois enfants dans la maison de vacances à Lake Phoenix. Taylor redoute cette perspective autant parce qu'elle sait qu'il s'agit du dernier été, des derniers moments qu'elle passe avec son père mais aussi car elle craint les fantômes de son passé - Lucy, son ancienne meilleure amie et Henry, son premier amour. Sans explications, Taylor était partie l'été de ses douze ans de Lake Phoenix sans leur dire au revoir, sans rien leur dire, sans se retourner et n'était plus jamais revenue. 
En lisant le résumé ou en regardant la couverture de ce roman, on ne peut pas un seul instant imaginer la force de cette histoire qui parait pourtant très simple et au final, elle l'est justement mais l'auteure a su lui donner une dimension si réelle et par les mots, elle est parvenue à faire véhiculer tout un tourbillon d'émotions au lecteur. Préparez vos mouchoirs, car vous allez en avoir surement besoin. C'est beau, tout simplement. On pleure, on rit, on sourit, on respire l'odeur de l'été et on se projette à Lake Phoenix en tournant les pages. Ce qui rend ce roman aussi génial, en plus de la fabuleuse écriture de Morgan Matson et de son histoire, ce sont les personnages. Je les ai adoré et ils se complètent tous très bien. Je me suis tout de suite attachée à Taylor, qui se montre courageuse mais qui est quand même une fille fragile qui a des plaies à penser, j'ai adoré la famille Edwards - surtout le père qui est vraiment extraordinaire, le père dont tous les enfants rêvent. Le fils ainé, Warren est également hilarant avec toutes ses anecdotes historiques et la petite dernière, Gelsey est adorable également. Bien sur, j'ai adoré Henry qui est vraiment...Parfait. Et son petit frère m'a fait sourire.   
J'ai apprécié les quelques chapitres flashback sur les précédents étés passés à Lake Phoenix. Je ne vous en dévoilerai pas plus sur l'intrigue de L'été des secondes chances et les mots me manquent pour décrire ce que j'ai ressenti en lisant cette histoire. Je ne peux que vous conseiller de le lire car c'est plus qu'une histoire touchante, c'est une leçon de vie. 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires