Advertisement

Main Ad

Oniria: Tome 1 - Le Royaume des rêves, B. F. Parry


★★★

Sortie Française : 1 Octobre 2014
Eliott, 12 ans, est un garçon en apparence comme tous les autres. Jusqu’au jour où il découvre un sablier magique qui lui permet de voyager dans un monde aussi merveilleux que dangereux : Oniria, le monde des rêves. Un monde où prennent vie les milliards de personnages, d’univers, et toutes les choses les plus folles et les plus effrayantes rêvées chaque nuit par les êtres humains. Collégien ordinaire le jour, Eliott devient la nuit, parmi les rêves et les cauchemars qui peuplent Oniria, un puissant Créateur, qui peut faire apparaître tout ce qu’il souhaite par le simple et immense pouvoir de son imagination. En explorant Oniria pour sauver son père, plongé depuis plusieurs mois dans un mystérieux sommeil, Eliott est finalement confronté à son extraordinaire destin. Car Eliott est l’ « Envoyé » : il doit sauver le Royaume des rêves, menacé par la sanglante révolution des cauchemars.

J'ai pu enfin finir Oniria. Ma petite sœur ayant en effet pris mon exemplaire du roman pour le lire alors que ma lecture était en cours, je n'ai pu le terminer qu'il y a quelques jours. Elle ne voulait pas le lâcher tout simplement. Et après l'avoir lu à mon tour, j'ai pu comprendre pourquoi. Oniria est un fantastique roman qui vous fait voyager dans le merveilleux monde des rêves et qui vous emporte dans des contrées nouvelles et mystérieuses.   
Le Fantastique est le genre de romans que je préfère. Quand j'étais petite, c'est ce genre - et le Seigneur des Anneaux - qui m'a procuré le plaisir de la lecture. Quand j'ai lu le résumé de Oniria sur le site de Lecture Academy, il a immédiatement attiré mon attention. Malgré le fait qu'il se destine à un public plutôt jeune, à partir du moment où la plume de l'auteur est bonne, un adulte peut aisément s'y intéresser et B.F. Parry écrit bien et a su retranscrire à la perfection ce Royaume des Rêves qu'est Oniria grâce à son imagination débordante. 
Eliott est une jeune garçon de douze ans. Sa mère est morte quand il était plus jeune, et il vit donc avec sa belle-mère et ses deux demi-soeurs, jumelles ainsi que sa grand-mère qui s'occupe d'eux, leur père souffrant d'un mal inconnu l'ayant plongé dans le coma depuis plusieurs mois. Il vit une vie difficile, porte en lui l'abscence de sa mère et la douleur de grandir sans elle. Maintenant, son père est dans le coma et il est contraint de supporter sa belle-mère qui est réellement malveillante, sans cœur ainsi que ses deux petites soeurs qui peuvent parfois être insupportables. Mais ce n'est pas tout, car Eliott malgré les apparences, n'a rien d'un garçon ordinaire. Non. Eliott peut voyager dans le Royaume des Rêves, Oniria. Et il doit le faire car c'est là le seul moyen de découvrir de quel mal souffre son père et de l'aider à l'en sortir car le temps presse. Et il est le seul à pouvoir l'aider. 
Par le biais de sa grand-mère - je l'ai adoré d'ailleurs, il entre en possession d'un sablier spécial car il est magique et lui permet de voyager dans le Royaume des Rêves. Là, il devient un Créateur, puissant, aux multiples talents, pouvant faire apparaître des choses, des objets, êtres vivants uniquement par le biais de sa pensée. Grâce aux nombreux détails que l'auteure a donné, il n'a pas été difficile pour moi d'imaginer ce merveilleux monde. J'ai tout simplement eu envie de me rendre à Oniria moi aussi. 
La fin du roman - qui se termine sur une pointe de suspens - nous laisse présager une suite toute aussi passionnante que son prédécesseur. Je crois avoir lu quelque part que la suite sortirait en Avril prochain, l'attente ne sera donc par chance, pas très longue. Par ailleurs, je me devais de préciser dans cette chronique que le roman en lui-même, le livre propre, est sublime. La couverture est un hologramme superbe avec les personnages principaux et le livre contient également, quelques pages d'illustrations ressemblant magistralement à des images de jeux vidéos. Une sublime lecture que je vous invite fortement à découvrir !

Encore un grand merci aux éditions Hachette et à Mateïa pour cette lecture ! 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires