Advertisement

Main Ad

Le Théorème des Katherine, John Green




" Le Gamin a besoin de voir l'archiduc. Il fait une dépression. "

Pour Colin, jeune homme surdoué, la femme idéale s'appelle Katherine. Il est sorti avec 19 Katherine... et s'est fait larguer chaque fois. Lorsque sa 19ème Katherine le quitte, il part noyer son chagrin dans un voyage avec son ami Hassan. Alors qu'il élabore une formule mathématique pour prédire la date de rupture avec sa prochaine Katherine, une rencontre va remettre en cause son idéologie de l'amour. Et si l'amour ne respectait pas le théorème des Katherine ?


MA CHRONIQUE


Ce livre était dans ma liste des livres à lire depuis un petit bout de temps mais avec ma période d'examens et de partiels, je n'ai pas eu de temps à consacrer à ma lecture à mon grand regret. Alors dès mon dernier examen passé, j'ai sorti le roman de mon sac et j'ai commencé à le lire. Pour être complètement honnête avec vous, j'ai été quelque peu réticente à le lire au début car le titre m'a quelque peu effrayé. Je sais, c'est un peu idiot mais malgré mes dix huit ans, mes souvenirs des cours de mathématiques du collège et du lycée sont restés intactes dans ma mémoire et quand j'ai vu le mot Théorème, je me suis dit: Les maths reviennent me hanter en lecture. Mais j'avais tort. 
Une fois ma lecture commencé, j'ai vraiment adoré. J'ai trouvé ce roman original. Le théorème des Katherine raconte l'histoire de Colin, un élève qui est surdoué et qui est sorti avec dix neuf filles. Et la point commun de ces dix neuf filles c'est qu'elles portaient toutes le même prénom. Katherine. L'autre point commun de ces Katherine, c'est qu'elles ont toutes larguées Colin. A chaque fois, il parvenait à se reprendre et à continuer sa vie comme il le pouvait mais après que Katherine XIX l'ait quitté, Colin a le coeur brisé et ne parvient pas cette fois ci, à s'en remettre. Il décide alors de partir en virée avec son meilleur ami, Hassan. Sans but précis et sans réelle destination. Et les voilà qui débarquent dans le Tennessee, à Gutshot pour y voir l'endroit où serait soit-disant enterrer François-Ferdinand - d'ailleurs j'ai eu un léger doute ne poursuivant ma lecture sur la question, et j'ai même été jusqu'à vérifier que l'archiduc était bel et bien enterrer au Château d'Artstetten. Ils font là bas, la connaissance de l'adorable Lindsey. 
Au long de ce roman, Colin essaye de démêler ses problèmes et son attraction pour les Katherine. Il va essayer tant bien que mal de comprendre quelle raisons le pousse à agir de cette manière. J'ai littéralement adoré le meilleur ami de Colin, Hassan que j'ai trouvé drôle et vraiment amusant contrairement Colin que je n'ai pas vraiment aimé, je le trouvais assez agaçant et ennuyeux avec son obsession démesurée pour les Katherine. 
Mais finalement, à la fin du roman, j'ai éprouvé un peu plus de sympathie pour ce surdoué - qui-n'est-pourtant-pas-un-génie lorsqu'il nous a raconté son histoire et ses relations avec ces dix neuf filles. Je remercie encore une fois les éditions Nathan pour ce roman. Je n'aurais pas penser à le lire de moi-même en rapport au titre mais ça a été une belle découverte malgré le bémol des mathématiques qui étaient un peu trop présentes à mon gout.
Publiée initialement début 2012.

Enregistrer un commentaire

1 Commentaires

  1. Je ne connaissais pas ce roman de John Green !
    J'ai adoré sa plume dans "Nos étoiles contraires", alors je pense que celui-ci devrait me plaire aussi.

    RépondreSupprimer